Validation des baccalauréats professionnels par bilans de compétences

Validation des baccalauréats professionnels
« Maintenance des Matériels Agricoles, Maintenance des matériels de construction et de Manutention et Maintenance des Véhicules voitures particulières »
par bilans de compétences

Les lycées Charles Alliés de Pézenas et Jean Mermoz de Béziers expérimentent la validation du Bac Pro par bilans de compétences.

Les équipes pédagogiques du lycée Charles Alliées (Spécialités Maintenance des Matériels Agricoles, Maintenance des matériels de construction et de manutention) et du lycée Jean Mermoz (spécialité Maintenance des Véhicules option A voitures particulières) ont constaté ces dernières années une démotivation de leurs élèves et du décrochage se traduisant par une augmentation de l’absentéisme scolaire. Suite à ce 1er constat, un diagnostic d’équipe a permis de définir un axe de réflexion prioritaire : les modalités d’évaluation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour cela, les enseignants de ces deux établissements ont mis en place une expérimentation pédagogique dont l’objectif est valider par bilans de compétences les unités certificatives du baccalauréat professionnel évaluées par contrôle en cours de formation (CCF). Les bilans d’acquisition des compétences pour les unités certificatives dont l’évaluation est sous forme d’épreuves ponctuelles ont uniquement une visée formative. Ils renseigneront donc sur les acquis en construction.

Dans le cadre règlementaire actuel, l’évaluation par compétences de l’élève est conçue comme un sondage portant sur des capacités et connaissances, des savoirs et savoir-faire définis dans l'arrêté de création du diplôme (ou des programmes pour l’enseignement général), au moment où ce dernier a bénéficié des apprentissages nécessaires et suffisants pour être évalué.

Lors de cette expérimentation pédagogique, l’élève est évalué par compétences, tout au long de sa formation, après des phases d’apprentissage lui permettant de résoudre des situations données avec des niveaux de difficultés identiques ou progressifs. Il bénéficie ainsi d’un cadre plus sécurisant. Cette évaluation « au fil de l’eau » doit permettre à l’élève de mieux se connaître, d’apprécier le plus justement possible ses points forts, ses points faibles, ses acquis et son savoir-agir. Ainsi, l’évaluation perd sa visée sélective de mise en concurrence qui engendre stress, frustration et découragement, voire échec scolaire.

À la fin des 3 années de formation, un bilan de compétences précis est édité pour permettre aux élèves de valider les unités concernées. Les candidats n’ayant pas réussi à obtenir leur diplôme se verront remettre une attestation de bilan de compétences précis et valorisable sur le marché du travail.

Cette nouvelle expérimentation pédagogique est suivie par la CARDIE (Cellule Académique Recherche, Développement, Innovation, Expérimentation) de Montpellier et par Monsieur BLANC Inspecteur de l’Éducation Nationale – Enseignement Technique en charge des filières concernées par le projet. Ce projet entre dans sa deuxième année d’opérationnalisation pour une cohorte d’élèves entrant maintenant en classe de première. L’expérimentation sera également proposée aux nouveaux entrants (classe de seconde famille des métiers de la maintenance des matériels et des véhicules). Elle concerne les disciplines de la spécialité, l’Analyse Fonctionnelle et Structurelle (AFS), les sciences physiques, l’économie gestion et la PSE. L’idée à long terme est d’inclure toutes les disciplines du diplôme.

Les enseignants référents pour ce projet sont Monsieur Jérôme PETRONI – Lycée Charles Alliès et Monsieur Nicolas EOT – Lycée Jean Mermoz.